Votre site sur la santé, pour vous guider, et vous accompagner

Avec la mutuelle MGS, découvrez la carte

Cliquez ici pour réaliser votre devis
personnalisé en 2 minutes !
> JE COMPARE
> JE CHOISIS
> JE SOUSCRIS

Les conseils de nos experts pour bien choisir une assurance complémentaire santé

Deux cas de figure peuvent se présenter, soit vous n’avez pas ou plus de « mutuelle » en vigueur, soit, et c’est le plus souvent le cas, vous en avez une qui ne correspond plus à vos attentes.

1er cas de figure : vous n’en avez pas pour le moment.

Posez-vous la question suivante :

A quoi va me servir une assurance complémentaire santé ?

Conseils

Lorsque vous aurez des dépenses de santé, l’assurance maladie obligatoire ne rembourse pas tout. Votre complémentaire santé intervient au-delà des remboursements des régimes de bases obligatoires pour vous permettre de mieux faire face aux frais qui restent à votre charge, que ceux-ci soient liés à une maladie, un accident ou une maternité.

Il existe, sur le marché, une grande diversité d’assurances complémentaire santé et de mutuelles. Vous pouvez donc choisir le niveau de couverture qui vous convient en fonction de vos besoins et de vos moyens financiers. La grande majorité des garanties sont proposées sans questionnaire médical, sans délai d’attente et accordent une garantie viagère immédiate. Ces souplesses qui facilitent la souscription et l’utilisation ne doivent pas être interprétées comme un encouragement à la consommation.

Il existe une multitude de garanties se ressemblant d’un fournisseur à l’autre et qui offrent des prestations allant de la simple garantie basique à 100% de la BRSS (Base de remboursement de la sécurité sociale) jusqu’à des niveaux remboursant totalement ou partiellement les dépassements d’honoraires pour les consultations, la pharmacie, l’hospitalisation, l’optique et le dentaire. Un grand nombre d’entre-elles prennent également en charge une partie des prestations qui ne sont pas du tout remboursées par l’assurance maladie obligatoire, comme par exemple la chambre particulière, la médecine naturelle, les implants dentaires, certains vaccins et médicaments non remboursables, ou encore l’opération de la myopie. Y sont souvent associés des services comme l’assistance au domicile ou en voyage, la prévention, la protection juridique médicale, le suivi et conseil personnalisé sur la nutrition ou des sevrages…

Avant de commencer à prospecter, nous vous conseillons donc de lister vos besoins réels à partir des postes évoqués ci-dessus.

2ème cas de figure : vous en avez une qui ne répond plus à vos attentes.

Posez-vous la question suivante :

Quelles sont les raisons de mon mécontentement ?

S’agit-il du prix que vous jugez trop élevé ? Du contenu de votre garantie qui ne correspond plus à vos besoins ? De difficultés que vous rencontrez dans la gestion de votre dossier ?

La 1ère précaution à prendre avant d’engager vos recherches est de vérifier que vous êtes toujours dans les délais pour pouvoir résilier votre contrat actuel. Ce délai est en général de 2 mois avant la date d’échéance principale.

Ensuite il faut refaire le point exactement de la même manière que dans notre cas de figure N° 1.

Dans un cas comme dans l’autre, pourquoi privilégier les services d’un comparateur en ligne ?

Tout simplement, vous aurez le choix entre plusieurs fournisseurs et en renseignant vos besoins, l’outil informatique fera le tri et vous proposera une sélection de 3 ou 4 garanties se rapprochant le plus par rapport à votre attente. Vous pouvez les recevoir immédiatement dans votre boite mail et les examiner sereinement. Vous pouvez également vous faire aider par un de nos conseillers qui vous appellera dans la fourchette horaire que vous choisissez.

Bon à savoir lors de la souscription d’une assurance santé

Souscription

Conseil : il ne faut jamais attendre le dernier moment pour acquérir ou changer d’assurance complémentaire santé.

Il faut aussi prendre le temps de comparer plusieurs garanties et bien comprendre le contenu de celles-ci. Malgré les recommandations de l’UNOCAM*, le libellé des garanties est encore flou sur certains postes et rédigé de telle sorte que seul un initié puisse les comprendre. N’hésitez donc pas à demander des explications claires au conseiller. Faîtes vous illustrer les postes sensibles par des exemples. Un « bon » conseiller doit, après une formation adaptée à ce métier être en mesure de vous déterminer exactement votre risque de reste à charge après intervention de l’assurance maladie obligatoire et de la garantie qui a retenu votre attention.

Le conseiller doit prendre le temps, avant toute argumentation technique ou commerciale, de déterminer vos besoins. Cette démarche doit être retranscrite par écrit, signée par les deux parties, un exemplaire pour vous et un exemplaire pour l’intermédiaire. Ce document est appelé formulaire de devoir de conseil. Il doit comporter un certain nombre de mentions légales et de questions relatives à votre situation. Par exemple l’identité, l’adresse professionnelle et le N° d’identification de l’intermédiaire auprès de l’ORIAS* s’il s’agit d’un travailleur indépendant. Votre interlocuteur doit aussi vous demander si vous n’êtes pas susceptible de bénéficier de la CMU-Complémentaire ou de l’ACS*. Il doit également si vous avez ou non une assurance santé en vigueur et si oui quelle est la date de fin de votre contrat.

Il vous faut lire les conditions générales qui sont le plus souvent intégrées au formulaire d’adhésion. Sur ces conditions générales, vous trouverez tout ce qu’il est utile de savoir et qui ne figure pas forcément sur le tableau des garanties. Par exemple : les prestations exclues, l’adresse du médiateur et la procédure à utiliser pour faire valoir votre droit à renonciation…

Renseignez-vous aussi sur l’aspect financier de la cotisation : est-ce une prime nette ou y a-t-il des frais de dossier ? des droits associatifs mensuels à acquitter en plus ?

Bon à savoir lors de la résiliation d’une assurance santé

Il faut bien connaître la date d’échéance principale de votre contrat, elle peut être la date anniversaire ou ramenée au 1er janvier de chaque année après 1 an d’existence, cette mention figure sur les conditions générales du contrat.

Si vous résiliez à la date d’échéance principale, vous n’avez aucun motif à indiquer, il suffit d’adresser un courrier recommandé avec accusé de réception à l’organisme gestionnaire en prenant soin de respecter le délai de préavis mentionné sur les conditions générales du contrat.

Si vous résiliez votre contrat en dehors de cette période pour tout autre motif, vous devez adresser votre courrier en recommandé avec accusé de réception à l’organisme gestionnaire en indiquant clairement la raison et en joignant les éventuels justificatifs. Attention, si vous résiliez dans le cadre de la loi Châtel, il vous faut conserver l’enveloppe dans laquelle vous avez reçu votre avis d’échéance.

UNOCAM* : Union nationale des organismes complémentaires à l'assurance maladie.
ORIAS* : Organisme pour le registre des intermédiaires en assurances.
ACS* : Dispositif d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé.